‘LE SEXISME ORDINAIRE C’EST 365 JOURS POUR NOUS ! ET POUR LA CFDT ?’

Rédigé le 23/03/2022


1.Les femmes subissent

Nous sommes des femmes élues ou mandatées qui nous sommes senties à différents moments agressées et peu reconnues comme beaucoup d’autres femmes. Nous nous en sommes parlé, nous nous sommes plaintes parfois, souvent sans qu’il ne se passe rien jusqu’au jour où nous avons décidé de NOTER les faits et rien que les faits. C’est la naissance du fichier nommé « LES FEMMES NOTENT ».

2.Les femmes notent

Nous y avons noté très factuellement les faits qui nous semblaient être du sexisme ordinaire, voire plus selon notre propre ressenti. Le fichier a très vite fait ses preuves en montrant la récurrence voire la violence de certains comportements et de certaines paroles. Il a dépassé même toutes les espérances. Nous n’avons plus aucun doute : le sexisme ordinaire existe bel et bien chez les élus et les élues.

3.Les femmes réagissent

Fortes de cette assurance que nous donnait le fichier et surtout son contenu, nous avons eu envie de sensibiliser LES SECTIONS SYNDICALES. Que faire de ce fichier et de ces faits, qui pris isolément, ne semblent pas forcément graves, mais, dont la récurrence avérée nous rabaisse sans cesse ? Comment dépassionner le débat et faire en sorte qu’il y ait une réelle réflexion et une sincère prise de conscience, première étape indispensable au changement ? Après réflexion, nous avons écrit au Secrétaire national en charge des problématiques d’égalité à la FGMM. Il nous a répondu en étant enthousiaste et intéressé ! Nous avons discuté de ce que nous pourrions faire. Un groupe de travail ? Un… ? Nous avons réfléchi et l’idée du calendrier est née : - La première partie un peu théorique avec des définitions et des stéréotypes.- La seconde partie de novembre à décembre est illustrée par des exemples notés parmi tant d’autres, que, nous élues, avons vécus.

4.Les femmes remercient

Nous tenons encore à les remercier vivement ! Nous avons travaillé avec la FGMM et notamment avec Anne, Tania et Jean-Marie. Ils nous ont aidées, ont mis des moyens à notre disposition sans jamais nous déposséder de notre projet. Un grand merci à Wingz pour avoir donné de son temps et avoir su une fois de plus, mettre son talent pour traduire et donner vie à nos textes.

5.Les femmes dédicacent

Nous dédicaçons avec beaucoup de tendresse notre calendrier à toutes les femmes et à tous les hommes qui nous ont inspirées. « Se donner du mal pour les petites choses, c’est parvenir aux grandes, avec le temps ». Samuel Beckett

Ce calendrier n’est bien évidemment pas une fin en soi, mais un support au débat et à la réflexion. Il est là pour expliquer, nous faire prendre conscience et progresser .

 

 


Le sexisme que l’on qualifie souvent d’« ordinaire » n’est pour autant jamais banal et reste une réalité dans le monde professionnel comme dans les structures syndicales. Incivilités en réunions, remarques dégradantes ou blagues lourdes, allant jusqu’à la remise en cause des compétences et à des discriminations professionnelles… le sexisme est un sujet tabou. Il est difficile à faire entrer dans le débat, il pollue le climat dans l’entreprise, dans les sections syndicales.

 

La FGMM a entamé une réflexion afin de contribuer à sensibiliser sur le sujet, de faire prendre conscience de l’ampleur de ses conséquences sur les individus et les organisations. Elle se situe dans le cadre des actions de la CFDT contre les Violences sexistes et sexuelles au travail, avec la Charte interne d’engagement pour la prévention des VSS. La lutte contre le harcèlement sexuel, les agissements sexistes, est un enjeu de mobilisation pour les structures syndicales CFDT.

La FGMM a distribué à l’occasion du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, un calendrier sur le sexisme ordinaire qui a reçu partout un excellent accueil. A l’origine de cette action, deux militantes d’une section CFDT qui ont sollicité la Fédération pour les aider à sensibiliser sur le sexisme ordinaire, une situation qu’elles vivent au quotidien. La Fédération a tout de suite adhéré à la démarche, lancé des réunions de brainstorming pour concevoir ce qui allait être un calendrier avec présentoir et post-it, donner de la matière au dessinateur Wingz, emballé par l’idée de travailler sur le projet, pour illustrer les 12 mois du calendrier.