LA CFDT NE SIGNE PAS L’AVENANT DU 26 SEPTEMBRE 2022

Rédigé le 26/10/2022


     Lors de la première réunion UIMM entre organisations patronales et organisations syndicales représentatives de la métallurgie sur les négociations des TGA (indice servant au calcul de la prime d’ancienneté, intéressement, participation, etc.) et RMH (rémunération minimale hiérarchique servant au calcul du salaire minimum par coefficient), la CFDT Métallurgie Provence avait demandé une clause de revoyure. Nous savions qu’avec l’instabilité grandissante, l’inflation augmenterait. Grâce à cette demande, nous avons ainsi pu garantir de nouvelles négociations entre l’UIMM (représentant du patronat) et toutes les organisations syndicales représentatives des salariés de notre branche dans les Bouches du Rhône. Cette mesure a été acceptée à l’unanimité car notre but commun quelle que soit notre appartenance syndicale reste la défense des intérêts de nos adhérents et plus largement des salariés.

Depuis janvier 2022, les négociations nous ont permis d’obtenir 2,6% puis 2,1% soit 4,7% au total. Ces revalorisations ont été effectuées suite à l’augmentation de l’inflation et donc de celle du SMIC.

 

L’inflation lorsque nous avons effectué notre dernière réunion de négociation début septembre 2022 était de 6,1% (données INSEE). La CFDT Métallurgie Provence avait alors demandé une revalorisation de 5% qui permettait :

·         De compenser le décalage depuis le début de l’année 2022,

·         D’apporter une réponse concrète pour l’attractivité de notre branche en relevant la grille des

salaire minimum au-dessus de l’inflation,

·         D’anticiper une nouvelle hausse de l’inflation sur la fin d’année,

·         De ne pas avoir les salaires minimum des premières catégories inférieurs au SMIC.

L’UIMM, lors de la deuxième réunion qui s’est tenue fin septembre, a présenté un avenant avec des revalorisations comprises entre 1,5% et 2,1%. Cet avenant n’a pas fait l’objet de réelles négociations et reste beaucoup trop inférieur à nos revendications (le salaire minimum du premier niveau est un savant calcul à partir du SMIC et au prorata de ses évolutions. Les représentants du patronat veulent nous rassurer en nous expliquant que personne ne peut être payé en dessous du SMIC : HEUREUSEMENT !!!). C’est pourquoi nous pensons que le but n’était pas de poursuivre les négociations. Les chiffres ont été décidé en amont sans vraies discussions.

Fidèle à nos valeurs, nous ne pouvons pas cautionner la signature d’un accord ou d’un avenant où les intérêts que nous défendons ne sont pas préservés. A chaque fois que nous siégeons à la table des négociations, nous le faisons uniquement dans le but de représenter et défendre les salariés tout en nous adaptant aux contraintes de notre milieu professionnel. C’est en respectant ce principe que la CFDT est devenue première organisation syndicale en France.

 

Chaque organisation syndicale doit prendre ses responsabilités face aux revendications qu’elle formule. Nous ferions preuve d’un grand mépris à l’égard de nos interlocuteurs mais également des salariés que nous représentons si nous ne soutenions pas nos revendications.

La CFDT Métallurgie Provence a toujours été attentive au respect des négociations qui jusqu’à présent a pleinement été respectée dans notre département mais pour conserver notre qualité d’échange nous devons également alerter toutes les parties prenantes lorsqu’elles ne le sont plus.


Accord salaires BDR revoyure 2022 Accord salaires BDR revoyure 2022