Salaires 2021 des ingénieurs et cadres de la métallurgie

Salaires 2021 des ingénieurs et cadres de la métallurgie

Rédigé le 18/02/2021


Salaires 2021 des ingénieurs et cadres de la métallurgie

L’accord fixant les nouveaux barèmes de salaires minima des ingénieurs et cadres de la métallurgie à compter de l’année 2021 a été signé le 22 janvier dernier. Il prévoit une revalorisation des grilles de 0,7 % par rapport à 2020.

Salaires des ingénieurs et cadres pour 2021 : les négociations

Cette année, outre l’analyse du contexte économique général, les partenaires sociaux ont dû prendre en compte la crise sanitaire du Covid-19 et la diminution de l’activité économique qu'elle a entrainée.

Ainsi, alors que l’accord 2019 prévoyait une hausse de 2,1 % de l’ensemble des grilles, l’accord 2020, 1,3 %, cet accord 2021 se cantonne, quant à lui, à une augmentation de 0,7 %.

La CFDT a revendiqué une revalorisation minimale de 0,8 % avec une clause de revoyure en s’appuyant sur :
– Le plafond mensuel de la Sécurité sociale (PMSS) qui reflète l’augmentation réelle de l’ensemble des salaires de l’année précédente qui est restée inchangé au 1er janvier 2021.
– Dans la métallurgie, le salaire mensuel de base a augmenté de 1,6 % en 2020.
– Les minima de la métallurgie dans les territoires ont connu deux phases de négociations distinctes en 2020, avant et après le premier confinement avec des résultats très différents. Les négociations pour l’année 2021 débutent et nous devons envoyer un signal fort pour ne pas connaître les affres des négociations 2020.
– Les prévisions d’inflations pour l’année 2021 estimées à ce jour à 0,7 %.
– La revalorisation du Smic à 0,99 % au 1er janvier 2021.

Après une suspension de séance, l’UIMM est revenue avec une ultime proposition de 0,7 %

Alors que l’industrie est fortement impactée par la crise économique et que plane la crainte d’un 3e confinement, la FGMM-CFDT n’a pas souhaité prendre le risque de repousser à une date ultérieure la conclusion d’un accord acceptable.

L’accord a été aussi signé par les organisations syndicales, FO et CFE-CGC et par l’UIMM.

Salaires des ingénieurs et cadres pour 2021 : les nouveaux barèmes

Les barèmes sont applicables proportionnellement en cas de survenance en cours d'année d'une entrée en fonction, d'un changement de classement, d'une suspension du contrat de travail, d'un départ de l'entreprise, ainsi qu'en cas de remplacement provisoire (article 25 de la convention collective nationale des ingénieurs et cadres de la métallurgie). Afin de s’assurer que l’ingénieur ou le cadre perçoit bien une rémunération au moins égale à ces minima, la vérification doit se faire en fin d'année ou, en cas de départ de l'entreprise en cours d'année, à la fin du contrat de travail.

Base 35 heures

Pour les entreprises appliquant une durée hebdomadaire de travail effectif de 35 heures (151,66 heures par mois), le nouveau barème, également appelé « barème de principe » fixe une rémunération de 29 271 euros pour le coefficient 100.

Forfait annuel en heures

Pour une durée annuelle de travail comprise entre 1607 et 1767 heures, le coefficient 100 est porté à 33 662 euros à compter de 2021 (incluant la majoration de 15 % prévue pour ce type de forfait).

Notez-le
Dans les entreprises soumises à la durée légale du travail de 35 heures, ce barème s'applique aussi aux salariés ayant conclu une convention de forfait en heures sur le mois sur une base moyenne mensuelle d'au moins 160 heures.

 

 

 

 

Pour une durée annuelle de travail comprise entre plus de 1767 heures et 1927 heures, le coefficient 100 est, quant à lui, porté à 38 053 euros (incluant la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait).

Forfait annuel en jours

Le barème est établi sur une base de 218 jours de travail sur l’année. Il est applicable pour les ingénieurs et cadres à temps complet, quel que soit le nombre de jours sur l'année prévu par le contrat de travail, dans le cadre d'un forfait en jours sur l'année. Il ne concerne que les ingénieurs et cadres classés à partir du coefficient 80.

A partir de 2021, la rémunération minimale du salarié classé au coefficient 100 est de 38 053 euros (incluant la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait).

Forfait sans référence horaire

Ce dernier barème s’adresse aux salariés cadres dont le niveau de responsabilités ainsi que la grande autonomie dans l’organisation de leur emploi du temps et la prise de décisions, impliquent qu’ils ne peuvent être soumis à la réglementation de la durée du travail.

Pour ces salariés, la rémunération du coefficient 100 est fixée à 45 444 euros à partir de 2021.

Ce barème ne s’applique pas aux cadres classés aux coefficients 60, 68 et 76 et inclut la majoration de 30 % prévue pour ce type de forfait.

Important
Pour tous les contrats de travail au forfait (en jours sur l’année, en heures sur l’année et sans référence horaire), les barèmes incluent la journée de solidarité prévue par l’article L. 3133-7 du Code du travail 

 


22_janvier_2021_-_Accord_sur_le_barème_appointements_minimaux_des_ingénieurs_et_cadres_pour_2021-1-1 22_janvier_2021_-_Accord_sur_le_barème_appointements_minimaux_des_ingénieurs_et_cadres_pour_2021-1-1